Christophe Hardy
 Addictologue

 
0488.369.416
info@bcmp.be

La dysmorphophobie
Surmonter ses complexes physiques





 
     Les complexes physiques, dans les cas extrêmes, l’obsession peut tourner à la pathologie. On parle alors de
     dysmorphophobie. Il s’agit de la peur d’exposer les difformités de son corps, et surtout, l’incapacité de voir son
     corps tel qu’il est. La personne complexée se regarde dans les moindres détails, et ne parvient pas à s’appréhender
     dans sa globalité. Elle se regarde non plus comme un être humain mais comme un objet à retoucher.

     Le risque, c’est que ce mal-être paralyse les actions de la vie quotidienne : on s’interdit d’aller à la plage parce qu’on
     n’assume pas son corps, on refuse de porter des sandales parce qu’on n’aime pas ses pieds... Lorsqu’on accorde trop
     d’importance à un complexe, on se replie sur soi-même et on se persuade que cette imperfection est la cause de tous
     ses échecs.
     Ce manque de confiance en soi survient parfois dès le plus jeune âge, à l’adolescence et cela prend une toute autre 
     dimension lorsque ce trouble survient à l’âge adulte. Il peut facilement mener à la dépression. 
 

 


     Les complexes physiques

     Ils touchent davantage les femmes que les hommes, car les femmes subissent plus de pression sur leur image de
     la part d‘une société qui a totalement basculé dans le culte de l’apparence. Elles se sentent obligées d’être belles et
     séduisantes en toute circonstance. Chez les femmes, les complexes concernent généralement le corps, et moins le
     visage ; ils portent souvent sur le poids, les seins, le ventre ou encore les fesses.

     Mon histoire personnelle

     "Je suis né avec une fente labio-palatine appelée aussi "bec de lièvre", vers l'âge de 10 ans j'ai porté des lunettes,
     des appareils auditifs, j'avais une dentition qui cassait comme du verre et donc j'ai collectionné les appareils dentaires
     bref mon enfance, mon adolescence ainsi que ma vie de jeune adulte n'ont pas toujours été des jours heureux."

 
J'ai connu, j'ai tenu, je me suis battu... et j'ai vaincu mes complexes !
Vous pouvez y arrivez aussi !

 


     Si vous vivez avec un ou plusieurs complexes, que cela vous empoisonne votre quotidien, n'hésitez pas à en parler.
Groupe de discussions sur Facebook: Vivre heureux sans complexes 


 
 
Tabagisme, alcoolisme, peur des araignées,
dépendance affective, complexes physiques

Préventions, traitements, conseils, thérapies, ateliers


0488.369.416


Inscriptions aux ateliers